top of page

Expansion d'un Groupe Scout

Quand les listes d'attente commencent à être la règle dans les unités jaunes et que la troupe ou la compagnie atteignent au moins 6 patrouilles avec une bonne technique et bon esprit scout, la question de l'expansion du Groupe vient à se poser au sein de la maîtrise de groupe.

Voici quelques pistes de réflexion...


On peut différencier deux types d'expansion:

1. L'ouverture d'un nouveau Groupe

2. L'ouverture de nouvelles unités au sein du Groupe d'origine


Le Chef de Groupe (CdG), artisan de l'expansion

Le premier type est celui qui vient très naturellement en tête quand on évoque une expansion. C'est une solution quand le Groupe initial est fréquenté en partie et depuis plusieurs années par des jeunes venant d'une agglomération bien définie et éloignée de l'implantation initiale (au moins de plus de 10-15 kilomètres en province). Si ces jeunes sont assez nombreux pour créer au moins une unité jaune et une unité verte et que les institutions du nouveau territoire (paroisse, collège/lycée, associations, confréries...) sont suffisantes et qu'une d'entre elles est capable de soutenir le groupe naissant (prêt de locaux, matériel, aumônerie...), l'essaimage peut alors avoir lieu: un Groupe se crée sur la nouvelle zone géographique avec sa propre structure (Chef de Groupe, chefs, cheftaines, foulard, nom, unités, administration etc...). L'essentiel est que le Groupe d'origine et le nouveau groupe ne se marchent pas sur les pieds et que les jeunes des deux groupes ne fréquentent pas systématiquement les mêmes écoles, collèges et lycées afin d'éviter une fuite trop régulière des effectifs d'un groupe à l'autre en fonction des affinités (ce qui déstabiliserait les deux groupes et ruinerait l'édifice).

Finalement l'expansion d'un groupe par l'ouverture d'un nouveau reste exceptionnelle car elle présente des risques non négligeables de fragilisation des structures existantes si les situations locales ne sont pas analysées correctement.


Moins risquée, l'ouverture de nouvelles unités au sein du même groupe est aussi plus aisée administrativement pour répondre à des augmentations significatives d'effectifs mais sans certitude sur leur pérennité à moyen ou long terme (une décennie peut être marquée par un pic démographique qui retombe par la suite). Il est par exemple possible d'ouvrir une 2e meute pour éliminer la liste d'attente récurrente depuis plusieurs années: le principal étant d'avoir la maîtrise dédiée, et de "fixer" cette unité par l'utilisation d'un nouveau local (tanière) bien différencié de celui de la 1ère meute pour éviter toute confusion. Pour la troupe (ou la compagnie), la création d'une nouvelle unité doit être envisagée seulement à partir de 5 ou 6 patrouilles et quand deux meutes sont déjà créées afin d'alimenter correctement les troupes en louvards (Il est intéressant que chaque meute soit liée plus particulièrement à une des troupes afin d'éviter trop de discussion d' "aiguillages" lors des montées). Comme pour la meute, il est impératif d'assurer à la 2e troupe une maîtrise formée et de la "fixer" dans un local adapté et distant de la 1ère troupe.

Il semble important de garder des troupes homogènes avec des traditions proches pour éviter toutes difficultés en cas de possible fusion si une chute des effectifs devait advenir.

Si la grande majorité des effectifs est issue de l'agglomération d'implantation du groupe, l'expansion par ouverture de nouvelles unités au sein du groupe est assurément à privilégier.


Dans tous les cas, l'expansion doit être menée par un Chef de Groupe ayant une bonne connaissance des forces en présence dans ses unités et après une analyse fine du tissu économique, social et religieux local.

35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Yorumlar


bottom of page