top of page

F. Lemblé, Chamarandais Audomarois

En décembre 2021, un billet de Speculator Audomari était sorti sur "Le Dernier Chamarandais Audomarois". Entre temps, ayant trouvé quelques informations supplémentaires sur Francis Lemblé auprès du réseau Baden-Powell, je décide de compléter l'article initial.


Pour rappel, on appelle "Chamarandais", les Chefs Scouts brevetés du Camp National d'Entraînement (CNE) des Scouts de France avant les années 1960. Suite à un stage théorique et pratique, ces chefs, souvent déjà CT, portaient la badge de bois (foulard à tartan, 2 bûchettes et une bague à 2 torons) et pouvaient animer des CEP et tenir des postes à responsabilité pour la branche éclaireurs (ACDE, ACPrE, etc...).


Francis Lemblé est né le 11 novembre 1928 à Hallines, près de Saint-Omer (62). Il n'a pas découvert le scoutisme dans l'Audomarois mais en Charente-Maritime où il rejoint la troupe SdF de Surgères en tant qu'assistant (ACT) à l'âge de 19 ans (en 1947). Il était arrivé à Surgères pour suivre une formation en fabrication de beurre et de fromage en vue de reprendre la gestion de l'entreprise familiale dans le Pas-de-Calais.


Après ses études et son service militaire à Strasbourg, il est de retour à Hallines au début des années 50. Il devient Chef de Troupe (CT) de la 2e St-Omer SdF (Gr. Charles de Foucauld) et suit le 65e cours du CNE pour la branche éclaireurs au château de Pont-Chevron dans le Loiret (45) en août 1951 avec Michel Menu DCC comme Mestre de Camp.


Extrait de l'annuaire des Chamarandais SdF 1947-1955

On peut noter qu'il est ACDE (Assistant du Commissaire du District de St Omer pour la branche Eclaireurs) en parallèle de son rôle de CT. Dans les années 1950, la province d'Artois compte neuf districts: Béthune, Lens, Hénin, Noeux, Arras, Boulogne, Etaples, Calais et St Omer.

Il participe avec sa troupe au rallye raider de la Banne d'Ordanche en juillet 1956.

Il se mariera à Simone Cramet, cheftaine de louveteaux, en 1956 (ils auront un fils : Jean-Loup) et sera ensuite CD (Commissaire de District) de St-Omer jusqu'en 1964.


C'est en 1964 qu'il décide de quitter le nord de la France suite à un CEP dans le Lot durant lequel il tombe amoureux de la région. La famille s'installe alors définitivement dans le Tarn et Garonne à Saint-Cirice.

A la fin des années 60, Francis est en relation avec Yvon Libessart (Chef du Poste Pionniers 3e St-Omer SdF): il le met en rapport avec Michel Menu afin d'être conseillé pour revenir au scoutisme unitaire et lancer l'aventure des Scouts d'Artois* en 1970 dans l'Audomarois. Francis et Yvon participeront également ensemble à un raid Goum (Goum n°3).

Francis travailla comme imprimeur puis rentrera à la Banque Populaire jusqu'à sa retraite en 1988.


Francis Lemblé resta passionné de scoutisme et c'est avec la volonté de sauvegarder les souvenirs du scoutisme en France qu'il décide avec quelques autres passionnés (comme Jean-Marc de la Villéon, Pascal Poumailloux, Pierre Vaultier, Louis Fontaine, Lucien Desmaretz...) de fonder le Réseau Baden-Powell en 1979. Il a été de tous les projets au sein du Réseau, mais parmi ses nombreux rôles, on peut noter qu'il fut Rédacteur en Chef de la Revue KIM du Réseau B-P du n°69 de 1997 au n°145 de 2016 jusqu'à son décès brutal le 16 mai 2016 à l'âge de 87 ans. Vous pouvez retrouver ses éditos en consultant les archives numérisées du Réseau B-P.


François Médina, Président d'Honneur du Réseau B-P, évoque Francis Lemblé dans le KIM n°146 sous ces termes:

"Cet ami véritable et regretté, ce grand frère, cette figure du scoutisme, cette référence régulièrement consulté pour sa connaissance du mouvement scout auquel il a consacré toute une vie de réflexion. Cet être désintéressé incarnait aussi l’humilité, la tolérance et le don de soi. Il était un vrai exemple !"


Laissons le dernier mot à Francis Lemblé, Héron Passionné, qui aimait rappeler qu’ "un mouvement sans racines était voué à sa perte".


* Les Scouts d'Artois étaient rattachés à l'association Loi 1901 "Groupe de Plein-Air" (GPA) lancée le 15 octobre 1968 par Michel Menu et ses compagnons de la revue "Réflexions de Scoutmestres". Cette association GPA permettait de proposer une couverture administrative aux groupes locaux unitaires en rupture avec les SdF.

32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page