top of page

Une Esthétique Scoute Oubliée

Ces dernières années, à la vue des photos de camps et notamment celles des mâts, on peut noter que les troupes utilisent de moins en moins les représentations stylisées. Il s'agit pour faire "beau" de se rapprocher du réel: le réalisme serait tendance et les nombreux mâts type "bateau" avec du tissu pour les voiles en est un exemple.

Il y a 20, 30, 50 ans ou même plus, ce style réaliste était réservé aux meutes pour aider le louveteau à entrer dans le thème du camp.

A la troupe, si le mât doit rappeler un thème (ce qui n'est pas obligatoire), la maîtrise faisait plus appel à l'imagination et à la capacité d'abstraction des éclaireurs pour élaborer des mâts stylisés évoquant le thème retenu pour le camp. Les voiles n'auraient jamais été de tissu qui surcharge mais plutôt réalisées par des jeux élaborés et élancés de PH ainsi que des perches assemblées avec des angles choisis pour donner du sens à l'ensemble. C'est bien plus technique, aérien, subtil et esthétique: les couleurs hissées sont alors vraiment mises à l'honneur (c'est la fonction première du mât des couleurs!).

On peut retrouver cette recherche d'esthétisme par l'utilisation de formes simples et stylisées chez Pierre-Louis Gérin (CNE SdF 1940-42) et Pierre Joubert. Ils l'écrivent noir sur blanc dans leur recueil "Beau Manoir" au sujet des totems de patrouilles: "Laissez donc à ces totems leur allure schématique et ne cherchez pas à les peindre en couleurs trop naturelles, ce qui formerait un anachronisme du plus mauvais goût."




75 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page